Show Recap : Gringe électrise L’Aeronef

Trop longtemps resté dans l’ombre de son acolyte Orelsan, le talent de Gringe n’est désormais plus à prouver. Après des projets dans le groupe Casseurs Flowters, puis quelques rôles au cinéma, le rappeur semblait laisser le public sur sa faim. Et puis il y eut Enfant Lune, son premier album sorti au début du mois de novembre. Celui dont on ne sait jamais comment prononcer le nom (Grainge ? Greenge ?) a signé un projet assez sombre, empreint d’une de ces tristesses dans laquelle on se surprend à se morfondre mais dont on retiendra la profondeur et la sincérité. Car, oui, Gringe est un artiste plein de ressources qui n’hésite pas à se dévoiler. Enchaînant les projets sur grand écran comme sur la grande scène, il ravit un public qui, enfin, apprend à connaître cet artiste trop longtemps resté en marge des projecteurs. Pour être très sincères : nous appréhendions quelque peu le concert. L’album est un succès mais l’adapter sur scène, de facto pour un public rap, s’avérait être un véritable défi. Et bien, Gringe l’a relevé en nous offrant une magnifique prestation. Retour sur un concert aussi inattendu que réussi.

DSC_0146

Alors que la salle de l’Aéronef peinait à se remplir pour les deux premières parties du concert assurées par Ben puis Juicy, quinze minutes avant l’arrivée de Gringe le public se fait plus serré. Après un quart d’heure supplémentaire d’attente, Gringe monte sur scène. Il ouvre ce concert sur une interjection à son ex, une relation toxique qui en fait un des points centraux de ce premier album. En alternant chansons phares d’Enfant Lune et reprises, notamment des Casseurs Flowters, duo qu’il mène avec son acolyte Orelsan, Gringe conquit toute la salle.

DSC_0105.JPG

Si la salle n’est toutefois pas remplie au maximum de sa capacité, les présents sont très réceptifs et l’ambiance électrisante. Le public bouillonne, et même si les reprises des Casseurs Flowters sont plus chantées, les titres les plus connus de Gringe ne font pas défaut. La température dans la salle augmente après chaque chanson, et ce même malgré l’absence assez relative de pogos.

Nous étions sceptiques quant à l’adaptation d’Enfant Lune en live. Nous avions tort. Gringe a réussi un coup de maître, en alternant des chansons moroses qui caractérisent bien son premier album, mais aussi des chansons bien plus dynamiques. Les deux sont repris par la salle avec la même conviction. Gringe était aussi très bien accompagné au piano, notamment avec un magnifique solo avant le rappel.

Le concert se termine sur l’une des chansons les plus mélancoliques de l’album, Pièces détachées, repris en chœur par le public lillois.

DSC_0144.JPG

 

📝📸 : Gwendoline Morel & Victor Gellens.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s