Le rap US a perdu un de ses poids lourds avec la mort de Nipsey Hussle

Le rappeur californien Nipsey Hussle est mort assassiné dimanche soir devant son magasin, dans son quartier de Crenshaw à Los Angeles. Si sa notoriété restait assez limitée en France, sa disparition a ému le monde du hip-hop aux Etats-Unis où il a reçu un nombre d’hommages impressionnant, allant de J. Cole à Rihanna, en passant par Lebron James, Snoop Dogg, Stephen Curry, 50 Cent ou encore Kendrick Lamar. Nipsey Hussle n’était pas un rappeur comme les autres. Il a refusé de se conformer au système des labels et s’est construit en toute indépendance. Dans le même temps, le natif de Crenshaw mettait un point d’honneur à s’investir dans sa communauté à travers divers engagements. Il s’agit donc de se pencher sur le parcours de Ermias Asghedom de son vrai nom, pour ne pas oublier d’une part, mais également pour faire vivre son héritage.

Une carrière construite en marge des grands labels

Nipsey Hussle fait partie de cette caste des rappeurs respectés de tous et faisant l’unanimité auprès de ses pairs. Si le Californien a acquis ce statut, c’est d’abord pour ses qualités d’artiste, se positionnant comme l’un des porte-étendards du rap de la West Coast. Mais c’est surtout parce qu’il a su construire sa carrière en refusant de se soumettre au fonctionnement parfois injuste des labels musicaux. Commençant le rap en 2005, il signe chez Epic Records en 2008 qu’il quittera deux ans plus tard après des désaccords internes. C’est le début d’une aventure en toute indépendance pour Nipsey qui fonde son propre label « All Money In », qui regroupera d’autres rappeurs de Los Angeles, et sort une mixtape intitulée « The Marathon ».

Le premier véritable tour de force de Nipsey Hussle réside dans la sortie d’une autre mixtape fin 2013 sobrement appelée « Crenshaw », pour laquelle seulement 1 000 copies physiques du disque étaient disponibles pour 100 dollars l’unité. Les 1 000 copies ont été écoulées en 24h avec un certain Jay Z parmi les acheteurs, ce dernier se procurant pas moins de 100 CD’s pour cette mixtape. Le soutien affiché par l’un des parrains de l’industrie du Rap US démontrait déjà le respect dont Nipsey faisait l’objet. En d’autres mots, sans l’aide des labels ni promotion télé ou radio, le rappeur de Los Angeles a gagné 100 000 dollars en 24h grâce à sa musique. En 2016, Nipsey Hussle se joint à YG pour le désormais célèbre « F*ck Donald Trump » en pleine campagne présidentielle américaine. La présence de Nip sur le morceau n’est pas anodine dans le sens où son implication dans la vie de sa communauté attestait d’un engagement politique dans sa forme la plus concrète et efficace. La consécration pour Nipsey Hussle intervient lors de l’année 2018 lors de laquelle il sort son premier véritable album studio « Victory Lap ». L’accueil critique est unanimement positif à tel point que l’album se retrouve nominé aux Grammy Awards dans la catégorie « Album rap de l’année » aux côtés de Cardi B, Mac Miller, Pusha T et Travis Scott. Au pic de sa carrière, le Californien n’en oubliait pas moins son implication dans des projets variés pour le bien-être de son quartier. Et c’est également cette facette du personnage qui est saluée dans la vague d’hommages abondant depuis hier soir.

Une figure très respectée grâce à son activisme pour sa communauté

Nipsey Hussle s’est illustré à de nombreuses reprises dans son implication pour sa communauté et dans des projets de développement pour son quartier de Crenshaw à Los Angeles, qui souffre depuis de nombreuses décennies maintenant des violences inhérentes aux gangs, au trafic de drogue et à la pauvreté.

Parmi ses engagements, on notera sa participation au projet « Destination Crenshaw » qui est un musée honorant des réalisations artistiques par des Afro-Américains. Nip était également impliqué dans le développement d’un espace de co-working au sud de Los Angeles intitulé « Vector 90 », qui donne des cours de science, technologie et mathématiques à des jeunes issus de ce quartier. Ironie du sort, Nipsey Hussle avait rendez-vous le lendemain de sa mort avec la police de sa ville pour discuter des solutions pouvant enrayer la violence des gangs. C’est donc pour toutes ces raisons que l’existence et les accomplissements de Nipsey Hussle doivent être connus et salués, au moins par les amateurs de hip-hop, car c’est un modèle de « black excellence » ayant beaucoup apporté à cette culture, qui s’en est allé.

 

📝 Marco Ferri

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s