Interview exclusive avec Wojtek: « Je suis jamais loin des Rap Contenders, je les kiffe, au bout de 9 ans tu développes de l’affection »

Le 14 janvier dernier, Wojtek, la légende des Rap Contenders, se produisait au Flow. Mais cette fois-ci, le MC de Cergy n’était pas là pour un battle ni un concert, mais bien pour un one-man-show. L’occasion pour Brook’Lille de faire un point avec lui sur son nouveau projet, son expérience aux Rap Contenders et ses projets à venir. Un échange savoureux avec un personnage haut-en-couleur.

Tout d’abord est-ce que tu connais un peu la scène lilloise ?

W: Non pas vraiment, je connais quelques têtes à Lille mais sans plus.

Très bien, parle nous un peu de ton spectacle, d’où l’idée est-elle sortie et quel était le but derrière tout ça ?

W: L’idée est sortie d’entre ma tête et mon trou de balle, à peu près. L’idée vient de la personne, qui est aujourd’hui mon manager et mon associé, Wilfried De baise de son blase. Il m’a contacté après être tombé sur les RC (Rap Contenders). Il m’a dit que ça serait cool que je développe un projet sur un plus grand format. Dans un premier temps, je lui ai dit « non » et 1 an après, je suis retourné le voir en lui disant que j’avais eu le temps de mûrir le projet et que j’étais prêt.

Derrière ce spectacle, comment tu as été inspiré pour l’écrire ?

W: Il y a eu plusieurs versions. Il y a une partie de la conception du spectacle qui s’est faîte à Lille, au Flow, car j’ai fait une résidence d’une semaine ici. C’est ce qui m’a permis de beaucoup réfléchir sur le projet. Après ça, j’ai eu une phase de copier-coller-corbeille. Je me suis débarrassé de tout ce que j’avais fait et j’ai tout recommencé. J’hésite chaque semaine à refaire la même chose. Au début, je voulais faire un truc très « clash », ce pour quoi on me connaissait mais j’étais très arrogant et mal intentionné et la vie m’a fait comprendre que j’avais fait fausse route car j’ai eu que des galères. J’ai donc fait marche arrière et j’ai repris quelque chose de plus bienveillant. Ce spectacle est une manière simplement de me présenter. Je suis connu principalement grâce aux RC, c’est ma facette guerrier, c’est une seule facette et demi et j’en ai au moins 11 autres.

Le projet a débuté quand exactement ?

W: J’ai démarré en début d’année 2019 mais j’ai fait seulement 3 représentations par faute de temps et d’organisation. J’ai pas pu enchaîné. Puis à partir d’octobre, j’ai recommencé dans une salle à Paris qui s’appelle La Boite À Rire et j’ai fait 5 représentations là-bas. Je suis content de pouvoir m’exporter ailleurs qu’à Paris maintenant.

Avec les Rap Contenders, on a vu que tu avais une relation ambivalente avec le public, c’est quelque chose que tu cultives. Est-ce que le fait de faire des One-Man-Show c’est aussi une autre manière d’entretenir cette relation avec le public ?

W: Oui, elle est un peu plus assumée, maintenant j’y vais de moi-même. Un battle, j’y vais pour une raison bien précise, là c’est du masochisme, tu vois. Au bout d’un moment je peux pas dire que j’aime pas le public. J’aime bien le public, j’aime être sur scène mais j’oublie pas que le public, au premier faux-pas, tu peux te faire descendre. Les mêmes mecs qui m’ignoraient à l’époque où je faisais moins de buzz seront les mêmes qui vont te féliciter ou te descendre dès lors où tu feras un peu plus de bruit, donc j’essaye toujours de garder ça en tête. Le public pour moi c’est pas du vrai amour, c’est de la fake, c’est de la sympathie, je l’ai vu au sein du RC (Rap Contenders). Les mecs qui sont bien aimés et qui font une mauvaise prestation se font insulter de tous les noms. Depuis que j’ai vu ça j’essaye juste de rester lucide quant à ma relation avec le public.

Qu’est ce que t’ont apporté les Rap Contenders dans l’évolution de ta carrière, du début jusqu’à maintenant ?

W: J’avais pas vraiment de carrière, je faisais plus ça pour le plaisir parce que j’aime bien la discipline, j’aime les bonnes vannes, j’aime le concept de l’événement, donc j’y allais naturellement car j’y prenais du plaisir. Il n’y avait pas de stratégie, pas de carrière derrière. Comment tu veux faire carrière dans le clash, ça n’existe pas. Quand j’ai voulu écrire un spectacle dans lequel je clashais un peu près tout le monde: média, politique, artiste, citoyen… Tu fais quoi avec ça ? Un combat c’est un combat, t’as deux  consentants, « t’es chaud, j’suis chaud » voilà, ça va. Quand tu commences à taper tout le monde à l’aveuglette, t’es un connard, un « fouteur de merde ». Donc j’estime que y’a plus intéressant comme rôle à jouer que celui du « fouteur de merde »

Qu’est ce que tu penses aujourd’hui de l’influence des battles rap, est-ce que c’est
important ou pas d’après toi ?

W: Je n’y vois pas d’intérêt, ça ne m’intéresse pas. J’ai 1000 sujets plus intéressants à cogiter donc je m’en bat les couilles pour le coup de la communauté et le reste. Moi je viens je fais mon truc, c’est égoïste mais je sors de scène et je reprends ma petite « life » et c’est tout. Les autres font ce qu’ils veulent, ça ne me concerne pas, chacun pour soi et dieu pour tous.

Tu penses quoi du rap d’aujourd’hui en général ?

W: C’est comme tout, il y a du rap pour tout les goûts, pour tout le monde aujourd’hui. Si tu veux du « rap moderne » il y en a, du rap « à l’ancienne » pareil, du rap conscients aussi. Aujourd’hui le rap, il a 30/35 ans, il est adulte, il fait ce qu’il veut et il nous emmerde. Il y en a vraiment tous les goûts et ça c’est cool. Le rap est redevenus vendeur, il peut devenir une carrière pour certains, une tombe pour d’autres. Je n’en pense ni du bien ni du mal.

Quel rapport tu entretiens avec les Rap Contenders, est-ce que tu y retournes ?

W: Bien sûr, j’y suis à chaque événement, je suis dans le public ou dans la salle, c’est cool. On s’est servis les uns les autres, je suis très reconnaissant au final de cette plateforme et de cette tribune que j’ai eu, ça m’a permis d’imposer mon nom, mon style et ça m’a donné l’opportunité de rebondir aujourd’hui. Ca m’a surtout créé un public. Par exemple, j’ai sorti un son à Noël dernier. Mon premier son depuis 7 ans, sans promo. Juste un audio sur YouTube et je trouve qu’il fait son bonhomme de chemin, c’est vraiment cool. Donc pour te répondre, non je suis jamais loin des RC, je les kiffe, au bout de 9 ans tu développes de l’affection, c’est normal. Il y a des MC avec qui je suis plus ou moins pote. On se voit souvent à des événements, tu vois la vie de tout le monde qui évolue, c’est cool.

Quel est ta vision de l’avenir dans les années qui viennent ?

W: Je veux vraiment me concentrer sur la partie artistique et créative de ma vie. Le son, le spectacle, ma web série pour laquelle je vais sortir une saison 2. La première saison était ma première expérience dans ce milieu, aussi bien dans le scénario que dans la conception. Donc forcément il y a beaucoup de choses que j’ai appris sur le tas donc il y pas mal de choses que je vais changer dans la seconde saison. J’ai envie de faire de la scène, de l’artistique, créer, et faire en sorte que tout ce que je fais dans mon coin ne dorme pas dans des cahiers ou des disques durs.

Si le spectacle marche bien, tu serais prêt à en faire un autre ?

W: Évidement ! Après même si il ne marche pas, je ne sais pas trop ce qu’on peut appeler « bien marcher ». Je joue dans des petites salles mais c’est complet tout le temps. C’est cool même en ayant peu de promo. Au Flow, je joue devant 150 personnes à guichets fermés, c’est mortel, vraiment. Ça ne peut pas se passer mieux pour l’instant. Donc ouais, un seul spectacle c’est trop court pour dire tout ce que j’aimerais partager. Cette année je vais jouer sur ce spectacle et le deuxième est déjà en train de s’écrire donc évidemment. J’attends pas grand chose, je fais ce que je kiffe, le facteur plaisir est le plus important, surtout dans ce domaine.

@interview: Antoine Lebret / texte: maanatik

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s